• Blog

La fast fashion n’est plus de saison

Fast fashion

Winter is coming… Et ça fait froid dans le dos ! Pourtant, les changements de saisons offrent à notre vie de multiples occasions de renouveau : une consommation variée de fruits et légumes, des changements de paysages, etc… Et selon Vivaldi, il y a 4 saisons et autant d’opportunités de pouvoir profiter. Mais c’était sans compter sur la fast fashion qui crée des saisonnalités pour toujours plus consommer !

Comme tu l’as compris, les saisons apportent mille et un changements, y compris au niveau des tendances vestimentaires. Le problème, c’est que dans le monde de la mode, ce renouveau est quasi constant. C’est ce que nous appelons la « fast fashion » (parce qu’on est bilingue).

Et tu t’en doutes sûrement, la fast fashion a des répercussions sur l’environnement. Selon la Fondation Ellen MacArthur, l’immense empreinte de l’industrie va au-delà de l’utilisation des matières premières. En 2015, les émissions de gaz à effet de serre (GES) dues à la production de textiles ont atteint 1,2 milliard de tonnes d’équivalents CO2, soit 21 de plus que celles de tous les vols internationaux et de la navigation maritime réunis. De plus, on estime que 22 millions de tonnes de microfibres seront ajoutées à nos océans entre 2015 et 2050 en raison de cette industrie.

Nous pourrions créer un mouvement contre cette industrie, mais lorsque plus de 800 milliards de dollars de revenus sont en jeu, il est difficile d’amener les entreprises et nos gouvernements à agir pour prendre soin de notre planète.

Les solutions à la fast fashion

Mais ne t’inquiète pas, il n’y a pas que des mauvaises nouvelles. C’est une tâche difficile, mais ce n’est pas impossible notamment grâce à la responsabilité élargie des producteurs (REP). Elle a été introduite avec succès en France depuis 2007. 

Pour faire simple, les entreprises sont obligées de mettre en place un système de recyclage et de gestion des déchets pour les vêtements qu’elles mettent sur le marché, ou de verser une contribution à une organisation qui soutiendra financièrement des tiers spécialisés dans leur traitement et valorisation. Mais nous sommes également conscients que nous ne pouvons pas tout laisser entre les mains des gouvernements et des entreprises lorsqu’il s’agit de prendre soin de l’environnement. Tout commence par nos petits gestes !

À moins d’être sur la plage d’en Bossa à Ibiza et se promener tout nu. Mais là n’est pas une solution viable. Nous pouvons donc choisir un mode de consommation plus respectueux de l’environnement, comme investir dans des vêtements de qualité, dont on sait qu’ils dureront, produits par des entreprises consciencieuses des enjeux environnementaux, sans oublier le bien-être de leurs travailleurs. Ces entreprises font partie de ce qu’on appelle la « slow fashion » (toujours bilingue).

Slow fashion

La slow fashion est la façon de penser, de fabriquer et de consommer la mode de manière consciente et intentionnelle, en favorisant le soin des processus de production, en cherchant à assurer la qualité de chaque produit créé afin qu’il soit durable et soutenable dans le temps. Elle propose un ralentissement, par rapport à la production et à la consommation excessives installées par la fast fashion, celles qui ont conduit à ce que l’industrie de la mode soit la deuxième plus polluante de la planète.

Veux-tu connaître les marques qui en font partie ? Tu peux les trouver sur Slow We Are, le label de la slow fashion ! Le Slip Français, N’GO Shoes et Laines Paysannes sont quelques marques labellisées ! Avec ces marques la fast fashion n’est plus de saison (et c’est pas fichu) !

Et si en plus de t’habiller responsables, tu cherches à organiser des vacances écolos, tu peux lire notre article sur les écolabels. 

N’hésite pas à lire nos derniers articles ici.

Suis-nous sur nos réseaux sociaux et rejoins la fichamif !